Who is decordon dating websites

• 1887 et la «concentration républicaine» Pour entraver la dérive césariste du général Boulanger, qui avait été nommé ministre de la guerre par Georges Clemenceau, républicains opportunistes et radicaux forment un gouvernement de «concentration républicaine».

Ils empêchent l’arrivée au pouvoir du général Boulanger en 1885 et en 1889.

Il rassemble autour des radicaux, la droite modérée, les centristes une partie des socialistes opposés aux anti-dreyfusards.

• Années 1930 et la discipline républicaine: Aux municipales de 1935 et aux législatives de 1936, le mécanisme de «discipline républicaine», qui prévoit le désistement du candidat de gauche dans l’entre-deux tours au profit du candidat arrivé en tête est élargi au PCF.

• 1962: un «Front républicain» contre de Gaulle À l’automne 1962, le radical Gaston Monnerville, président du Sénat, prend la tête des opposants au référendum du général de Gaulle prévoyant de changer la Constitution en faveur d’une élection du président de la république au suffrage universel.

Dans un discours, il appelle «les républicains et les républicaines que vous êtes, [à prendre] conscience d’un danger pour la République et [à se montrer] décidés à y faire face» et lance un appel à un «front commun des républicains, de toutes nuances» pour s’opposer au général de Gaulle.

En 2002, il s’était mis en place après l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour.

FIGAROVOX/FOCUS- Le refus de Mélenchon de donner une consigne de vote et le « ni-ni » de certains ténors de la droite acte la défaite d’une stratégie de « cordon sanitaire » dont les origines remontent aux débuts de la IIIème république.• 2002: l’apogée du «Front républicain» La qualification surprise au second tour de l’élection présidentielle de Jean-Marie Le Pen suscite un «barrage» généralisé.Tous les candidats, sauf la trotskiste Arlette Laguiller, appellent à contrer le Front national.• 2011: la stratégie du «ni-ni» Lors des élections cantonales de 2011, Nicolas Sarkozy prône pour la première fois la consigne «ni vote FN, ni vote PS» en cas de second tour opposant la gauche au parti frontiste.Les ténors de l’aile centriste de l’UMP affichent leur désaccord, appelant à voter à gauche en cas de duels.Le Front républicain est à la fois une mythologie ancienne et une discipline électorale qui remonte aux débuts de la IIIe République.

You must have an account to comment. Please register or login here!